Pierre-Yves Revol : “Nous avons confiance en notre groupe”

Actualités

Publié le lundi 01 juillet 2019

D’abord interrogé sur la dernière interview de Christophe Urios dans la presse locale, notre Président n’a pas souhaité faire de longs commentaires : «  c’est du passé » a-t-il indiqué « Tout le monde a constaté que Christophe Urios a beaucoup parlé de lui au cours de la saison dernière, sans doute trop d’ailleurs . Mais l’échec de la dernière saison n’efface pas la formidable épopée de 2018 et un bilan positif. Maintenant, ce qui m’intéresse, c’est de parler de l’avenir. Je suis heureux de poursuivre l’aventure avec un homme du sérail que j’ai accueilli comme joueur à son arrivée en France en 1996 et avec lequel j’ai toujours conservé des relations proches. Je n’ai jamais oublié sa contribution déterminante à notre maintien lors de la saison 2014/2015. Lorsqu’il est arrivé, les ressorts étaient cassés. Sans lui, le CO descendait en PRO D2 ; Ce sauvetage, on le doit à son enthousiasme et à sa capacité à remobiliser le groupe. Pour l’avoir vécu de près, je peux assurer qu’il a accompli un petit miracle. Depuis, il a vécu de nouvelles expériences qui renforcent ses acquis d’entraineur. Nous connaissons tous sa générosité. Mais c’est devenu un vrai manager doté de compétences techniques reconnues et qui sait s’entourer. Il a constitué son équipe d’encadrement avec des personnes en place qui ont vite adhéré à son projet, comme notre directeur de la performance Vincent Giacobbi, et avec des recrues comme Stéphane Prosper et Patrick Furet, choisies par lui. Le plus important est d’avoir un staff compétent mais aussi uni et solidaire. J’ai assez d’expérience pour savoir que les dissensions au sein d’un staff sont souvent le prélude à de mauvais résultats. Je l’ai parfois vécu dans un passé lointain. Je crois que de ce côté, nous sommes à l’abri. Je lui fais une confiance totale pour créer une nouvelle dynamique après le coup d’arrêt de la fin de la saison dernière. Nous partageons le même objectif de revoir le CO en phase finale. Nous savons que cet objectif  est ambitieux et qu’il est partagé par une bonne dizaine de clubs souvent mieux lotis que nous sur le plan budgétaire. Mais cela n’est pas nouveau. Comme par le passé, nous n’atteindrons notre objectif que si nous sommes unis, solidaires, enthousiastes et capables de nous transcender. Et ceci après avoir très sérieusement travaillé. Et le fait de ne pas avoir de joueurs internationaux français durant la Coupe du Monde est un avantage en trompe l’œil. Car nous aurons sans doute au moins 6 ou 7 joueurs étrangers absents. Le groupe a peu changé mais nous avons confiance en lui et nous connaissons la qualité humaine et sportive de ceux qui le composent. A nous d’être prêts des le début du TOP 14 car nous savons tous qu’il est toujours difficile de revenir après un départ raté qui peut engendrer une perte de confiance. »