Castres Olympique

le site internet
du Castres Olympique
fait peau neuve !

Accéder au site

Interview de Mathieu Babillot

Actualités

Publié le mardi 13 mars 2018

Mathieu Babillot, actuellement avec le groupe France, revient sur le match du Stade Français et nous raconte son quotidien à Marcoussis.

Quel regard portes-tu sur la rencontre SFP/CO ?

C’est difficile de porter un jugement sans être acteur, en étant dans les tribunes, mais ce match était particulièrement frustrant. On enchaine sur une deuxième défaite, cette fois à 0 point. Nous avions l’opportunité de réagir après avoir perdu contre Pau. Nous avons eu du mal à mettre notre jeu en place. Les Parisiens avaient à cœur de se racheter, ils nous ont posés des problèmes notamment au niveau des rucks, il faut les féliciter. A nous de régler tout cela au plus vite, un match très important attend l’équipe.

Un mot sur la rencontre de dimanche contre Brive ?

Elle va être capitale. J’ai confiance en l’équipe, je sais qu’ils vont bien préparer cette importante réception. Christophe va tout analyser et gommer les petites erreurs. Il faut que l’on soit acteurs de nos matchs et que l’on montre notre envie de nous qualifier dans ce TOP 6. C’est un peu dur pour Geoffrey et moi de suivre cela à distance, de ne pas pouvoir être acteur, pousser les copains, participer… mais on les regarde, on les soutient, on les encourage du mieux que l’on peut !

Comment se passe ton quotidien à Marcoussis ?

Ca se passe très bien pour moi, le groupe vit bien. Je connais beaucoup de joueurs, comme Geoffrey, Rémy (Grosso) mais aussi Gael Fickou avec qui j’ai joué en moins de 20 ou encore Baptiste Couilloud que j’ai connu aux Barbarians. Depuis que je suis arrivé, il y a eu deux matchs et deux victoires, c’est agréable, on est sur une bonne dynamique ! Ca travaille bien toute la semaine. Ils nous demandent d’être très précis lors des entrainements, le niveau d’exigence est élevé, c’est normal. Tout va plus vite : il faut rapidement assimiler le plan de jeu, analyser les autres équipes, les lancements… C’est sur qu’au niveau des infrastructures, de la presse.. tout est multiplié mais on est aussi très bien à Castres ! Aux entrainements du capitaine par exemple, il y a toujours des dizaines de caméras et de photographes, ça change (rires)!